Habitica : le changement, c’est maintenant

Que tu sois de ceux qui ont rempli leur nouveau cartable de joli matériel dès la fin du mois de juin ou que tu racles les fonds de tiroir pour trouver un malheureux crayon, tu dois avoir plus ou moins conscience que c’est la rentrée. En classe ou au boulot, l’univers semble gentiment reprendre son rythme habituel (ou s’y préparer tranquillou). Si tu as décidé de faire face à ce bouleversement en te reprenant en main, permets-moi de te présenter un bon copain : Habitica.

Gamify ta life, en français dans le texte

Habitica, c’est un peu ta maman sous forme numérique. Elle te rappelle que, non, tu ne dois pas mettre ton doigt dans ton nez, elle te récompense quand tu souhaites un bon anniversaire à Tata Edeltraud, et elle te crie qu’il est l’heure de prendre une douche. Bref, c’est un programme gratuit qui te permet de suivre à la trace tes bonnes et tes mauvaises habitudes et de gérer ton temps like a boss avec une touche de ludisme et de conditionnement.

Spoiler alert : ce jeu t’offre des animaux pixélisés.

Plaît-il ?

Le principe est simple : tu fais évoluer ton avatar et ses familiers (oui, si tu aimes les animaux pixélisés, tu vas trouver ton bonheur) en accomplissant tes tâches quotidiennes et en maintenant de bonnes habitudes. Tu peux aussi participer à des quêtes spéciales seul ou en équipe : annihiler un boss à coups de nourriture saine, détruire un vilain en faisant du sport, récolter des armes spéciales en travaillant plus de 2 heures/jour, etc.

Dès que tu accomplis une action positive, tu gagnes de l’expérience, de la nourriture, des potions, et plein de jolies choses. En cas de dérapage, c’est ta barre de santé, ta bourse et tes compétences qui en prennent un coup. Le suivi et la gestion des tâches et des items, animaux, et autres peuvent se faire sur le site Web d’Habitica ou via l’application éponyme. L’équipe a aussi habilement créé une extension Chrome qui traque les flâneries sur les Internets et inflige des pénalités aux glandeurs.

Choses à faire et à ne pas faire. Également disponible en français et totalement modulable. Pas cher (carrément gratuit). Animaux de compagnie et montures à foison.

L’installation prend quelques minutes seulement : il te suffit de créer un compte, de télécharger l’appli si c’est ton truc, et de dresser la liste des bonnes et mauvaises habitudes (avec ou sans pénalités), tâches quotidiennes et choses à faire. Le plus long ? Choisir la couleur des cheveux de ton avatar.

En un rien de temps, te voilà paré pour la plus grande aventure de ta vie : ta vie. En mieux, puisque tu peux faire éclore des œufs de cactus ou de dragon (très à la mode), te pavaner avec des baguettes magiques (pour ceux que ça titille, oui, il y a des équipes Harry Potter), ou encore participer à l’amélioration du jeu (équipes de programmeurs, de traducteurs, en veux-tu en voilà).

Sérieusement ?

Sérieusement. Si tu réponds bien aux récompenses immédiates et au renforcement positif, Habitica devrait vite devenir ton acolyte favori. Pareil si tu es bien plus motivé quand tu dois rendre des comptes à des gens (ton équipe, tes amis, ta famille) ou à ton compagnon technologique.

Il ne faut que quelques heures pour se faire aux différentes fonctionnalités et établir une liste qui tient la route. Ensuite, 66 jours devraient suffire pour changer une bonne quantité habitudes (c’est la science qui le dit). Easy game, finger in the nose. Ah non, pas dans the nose, pardon, maman.

Je reviendrai et vous recommanderai

Étant vaguement fan des petites merveilles de ce genre, j’ai créé un compte Habitica et j’ai joué ma vie pendant plusieurs mois. Résultat : eeeeeeh, mais ça maaaaaarche ! À force de recevoir des animaux virtuels, des pièces d’or et des chapeaux extravagants, j’ai fini par prendre quelques habitudes saines pour de bon et par lâcher quelques crasses.

Bref : jouons mieux, vivons mieux (ce slogan est diponible à la vente).

Envie d’en savoir plus ?

Alors, tenté(e) ou sceptique ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*